La colère du coq (A & A & Cie n° 87)

 

photo Alain Ménez

« Oui je chante. Et alors ? Ici, c’est la campagne !

Elle a ses voix, monsieur : l’heure sonne au clocher.

Les clarines des vaches au flanc des montagnes

Tintinnabulent clair dans l’air pur et léger.

Quelque puissant tracteur ronronne dans la plaine.

Peu accueillant, ce chien jappe après les passants.

Ici, un filet d’eau gazouille à la fontaine,

Là, c’est maître corbeau qui passe en croassant…

*

Ce sont nos bruits, monsieur. Ils en valent bien d’autres !

Si par urbanité, je ne dis rien des vôtres,

Ce n’est pas sans songer à toutes ces autos

Plus envahissantes que mon cocorico !« 

*

Ainsi parlait un coq au monsieur de la ville,

Venu, des sons ruraux, se plaindre à un édile.*

*

Sur ce thème, on pourrait discourir bien longtemps.

A chaque endroit son charme… et ses désagréments !

AG

*D’après une histoire vraie

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 15 commentaires

Le dîner des chevaux (A & A et Cie n°86)

photo YG

Un cheval de fer, deux chevaux de bois,

S’en allaient un soir dîner tous les trois

Dans un restaurant, vous n’allez me croire,

Des plus étoilés sur les bords de Loire.

***

On les installe fort courtoisement

Sur une terrasse à l’abri du vent,

Mais lorsque soudain s’invite la pluie,

Le premier se lève, aux autres s’écrie :

-Rentrons mes amis vite à l’intérieur !

Plus que tout, j’ai ce liquide en horreur.

C’est bon pour les lumas et les grenouilles.

Une goutte d’eau, c’en est fait, je rouille !

-Venez, chers clients, approchez du feu,

Leur dit l’aubergiste, vous serez mieux !

Mais les deux en bois à leur tour protestent :

-Nous redoutons le feu comme la peste !

Voulez-vous nous transformer en charbon

Pour cuire vos poulardes et chapons ?

Lorsque je quittai la table voisine,

Le débat durait comme on l’imagine.

Il se faisait tard, je m’en suis allé,

Aussi la fin ne puis-je vous narrer.

.

Depuis, l’aubergiste clame à la ronde :

-Ah ! qu’il est dur de plaire à tout le monde !

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 28 commentaires

Un peuple frondeur

Afin de mettre un terme aux luttes intestines

De son peuple frondeur et prompt à la scission,

Le Roi des animaux prit une décision :

Celle d’éradiquer le mal à la racine !

.

A son de trompe, il fit annoncer désormais

Qu’il fallait tout brûler des anciennes images !

Des sujets désignés pour être les plus sages 

Une délégation se rendit au palais :

.

-Majesté, dit le Chat,

Ne soyez point sévère,

Et ne nous privez pas

Des portraits de nos Pères !

.

-Oui, dit un Limaçon,

Sire, gardons mémoire,

Comme autant de leçons,

Des hauts faits de l’Histoire !

.

-Et si, dit un Criquet,

Plutôt que violence,

Nous cultivions respect,

Amour et tolérance ?

.

-Bravo ! lui dit le Lion, nul n’y avait songé.

Que ces trois mots deviennent Loi pour mes sujets !

.

La fable ne dit pas, et c’est bien regrettable,

Si ce peuple aujourd’hui  est enfin raisonnable.

AG

photo YG

Publié dans Fables | 22 commentaires

Bisbille (A & A et Cie n°85)

photo YG

Deux jumeaux, dit-on, étaient en bisbille.

Ils se chamaillaient à longueur de temps,

Faisant le désespoir de leur famille :

Quand l’un disait noir, l’autre disait blanc !

A quand remontait cette brouillerie ?

Quels étaient les ressorts du différend ?

Tous deux répondaient avec bonhommie,

Mais l’un disait noir, l’autre disait blanc !

Pourtant ils s’aimaient, bien qu’à leur manière…

.

Tel discours parfois n’est qu’ un paravent,

Pour des mots du cœur craignant la lumière :

L’avers semble noir, mais l’envers blanc !

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 21 commentaires

Le chat qui pense (A & A et Cie n° 84)

photo YG

Un chat réfléchissait, contemplant une pomme :

.

« D’elle sont donc venus tous les malheurs des hommes ?

Eve osa la croquer, or c’était défendu.

Oui mais l’aurait-elle fait, si elle avait su ?

Pour ma part, le reptile aurait pu me sourire,

Et même se mettre en quatre pour me séduire,

Je n’aurais point goûté le fatidique fruit.

Peut-être s’il m’avait parlé d’une souris…

Cette pomme en a fait des histoires, et j’en passe !

Et plus j’y réfléchis, plus cela me dépasse.

A Blanche-Neige la reine en fit le présent.

La pauvre eût trépassé sans le prince charmant !

Soyons juste pourtant et n’omettons pas celle

Par qui Newton trouva sa loi universelle…

Ah! j’allais oublier : mais sur le Mont Ida,

Le jeune Pâris à Vénus la décerna,

Puis du roi Ménélas enleva la compagne.

Alors tous les rois grecs partirent en campagne.

Et la guerre de Troie eut lieu. Quelle pitié !

Sans cette pomme rien ne serait arrivé ! »

.

La pomme avait compris, elle était télépathe,

Mais ne répliqua rien, car bien trop délicate.

Lui répondre eut été par trop l’encourager.

Elle se contenta simplement de songer :

.

« Qu’ai-je à voir avec Eve ou Pâris ou Hélène ?

Ces noms lourds à porter me donnent la migraine.

Et m’a-t-il seulement regardée une fois 

Sans me charger de tout cet historique poids ?

Trompeuses sont les étiquettes

Que l’on nous colle sur sur la tête !

Ce chat n’est sans doute pas sot,

Hélas, il pense beaucoup trop ! »

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 22 commentaires