D’où la nécessité de bien apprécier (A&A n° 51)

photo Petitalan

Dur métier

-Monsieur le commissaire, ils étaient deux garçons.

J’écrivais un roman. C’étaient mes personnages.

Voilà qu’ils sont partis comme deux polissons, 

A la cloche de bois, ont quitté le village !

Je vous prends à témoin : que peut faire un auteur

Dans ma situation ? Je sais bien qu’à cet âge,

On est inconséquent. Mais lui, mon éditeur,

N’en a cure, et sans eux, me voici au chômage !

Enquêtez, je vous prie, trouvez-les au plus tôt !

Ils auront sans doute voulu tourner la page,

Fatigués de mon style ou lassés de mes mots

Et puis trouvé refuge dans le voisinage,

Chez quelque homme de plume un peu mieux à leur goût.

Je les avais décrits, je l’avoue au passage,

Comme deux malfaisants, bons à rien, des voyous,

Garnements sans aveu, voleurs à l’étalage…

Nourriraient-ils quelque rancune à mon endroit?

-Ces deux enfants, monsieur, sont mes fils et j’enrage !

Les calomniant ainsi, vous enfreignez la loi.

Eux si droits, si charmants! Trêve de bavardage !

En attendant de vous emmener en prison,

Un policier prendra votre déposition.

Qu’elle soit convaincante et de bonne facture !

Sachez que j’aime la bonne littérature !

Dorénavant, je prendrai garde à mes propos.

Le métier d’écrivain n’est pas de tout repos !

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

Ce contenu a été publié dans Alain et l'Autre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à D’où la nécessité de bien apprécier (A&A n° 51)

  1. dom dit :

    Et voila ce qui arrive quand on calomnie ses enfants !
    J’aimerais faire partie du jury pour lire la déposition de ce père indigne … 😛
    Trève de plaisanterie, tu as toujours autant d’imagination et j’adore tes mots.
    Non, non, je ne fayote pas : c’est pas mon genre ! 😎
    Bon début de semaine, pas trop chargée, pour moi …
    Et des bisoux ensoleillés !
    sourire-51f81b2.jpg
    Ps : la faute est volontaire ! 😉

  2. Aloysia dit :

    😆 Génial, cette idée des garçons sortis de l’histoire, et non moins stupéfiante, celle de se trouver nez à nez avec leur géniteur supposé ! Non, le métier d’écrivain n’est pas de tout repos… 😉

  3. Maria-Dolores dit :

    Merci pour ce joli témoignage habilement écrit j’adore amitiés douce journée l’ami…

  4. ZAZA RAMBETTE dit :

    Très beau texte Alain et une idée géniale développée dans cet écrit, Bravo ! Bises et bon début de semaine

  5. Ah, je savoure cette pertinence impertinente !!!

    Je les rencontrerai peut-être un jour, ces deux garçons, sur l’un de mes chemins ….!

    Le métier d’auteur est tout sauf facile, c’est un sacré chemin lui aussi, empli de dénivelés …!!!

    Passez un merveilleux lundi, toi et Yveline ….en vous souhaitant un prompt rétablissement ou, du moins, une hotte pleine de beaux espoirs , je vous embrasse : sabine.

  6. Livia dit :

    Les deux polissons s’en sont allé, sans personnages il est vrai qu’un homme de plume n’est guère avancé, il faut donc d’urgence les retrouver et les remettre dans les pages!
    Si je les rencontre, je leur dirai de revenir!
    Amicalement

  7. hanternoz dit :

    L’émancipation des personnages 🙂
    c’est une idée intéressante…
    Bonne journée.

  8. Marie Minoza dit :

    Sous ta plume d’écrivain
    Ces polissons t’ont fait faux bond
    Ta plume les cherche en vain!
    Peut-être qu’une muse policière
    Te retrouvera ces deux héros
    Pour que tu puisses continuer ton histoire

    ****

    Amitiés et bonne semaine

  9. EvaJoe dit :

    Ah te voilà bien si tes personnages ont disparu, toi qui voulait les retrouver tu t’es fait piéger, rire par la maréchaussée…Voilà ce que c’est…

    Bon puisque j’aime écrire si je les vois passer je te les renvoie…

    Belle journée et bisous d’EvaJoe

  10. PHILIPPE D dit :

    Voilà ce que c’est que de donner naissance à des voyous ! La prochaine fois, prends des personnages plus gentils, tu ne les perdras plus !
    Bonne semaine.

  11. Sonya dit :

    Ohoh comme c’est vrai il faut prendre des gants
    il faut peser les mots
    pas toujours facile le métier d’écrivain
    Très beau texte
    bonne soirée gros bisous

  12. julie dit :

    Dur, sans doute… mais tu t’en sors drôlement bien, ton partenaire nous avait prévenu 🙂
    Bonne journée Alain ! Amitiés.

  13. FAN dit :

    les enfants deviennent de plus en plus ingrats!! mais l’enfant prodigue a déjà existé! Mais si à cause de leur fugue te voici en prison (auteur de talent), il va falloir les retrouver, bon sang de bois!! hihi Bisous Fan

  14. Loneci dit :

    Bonjour ami de France ..
    Allez mon cher Alain , n’en perd pas le repos .
    Après avoir germer , grandit dans ton histoire ,
    Ces deux beaux personnages , en te tournant le dos ,
    Apprendront au combien , puissante et la mémoire ,

    Quand ils auront fini , de courir dans temps .
    De village en village , sauter de par le monde .
    ils reviendront bien vite aux merveilleux moments ,
    Au cœur de ton histoire ou , il faisait si bon ..
    Bonne semaine ami lointain ..
    Chaque jour que Dieu fasse est un nouveau matin ..
    .. Amitié des US ..
    Bisous..

  15. Solange dit :

    Quelle aventure pour un écrivain de perdre ses personnages. L’idée est originale intéressant à lire.

  16. Océanique dit :

    Ne pleure pas sur leur départ ami écrivant
    L’histoire était surement mal partie elle aussi
    A ton tour de tourner la page et sur une blanche
    Y coucher au gré de ta fantaisie un roman
    Mais attention ne dévoile rien avant de l’écrire
    Là tes personnages seront bien en place.

    Merci Alain de nous narrer les déboires épistolaires d’un écrit vain puisqu’inachevé
    Belle soirée
    Bises amicales

  17. gazou dit :

    Mais quelle idée de s’adresser à un commissaire pour retrouver les personnages que tu as toi-même créés? Tu es le seul à pouvoir les rejoindre…Le commissaire, lui,ne peut que confondre la fiction et la réalité et s’emmêler les pinceaux

  18. Blanche dit :

    Bonsoir Alain,
    Je suis admirative devant ton imagination : cette simple photo de deux silhouettes qui s’éloignent t’a soufflé un beau début de roman et c’est bien vrai que le métier de romancier n’est pas facile surtout si les personnages prennent le large ! mais j’avoue que j’aurais préféré que ton enquête ne passe pas par la police, à moins que tu aies eu envie d’écrire un polar ! Ne sois pas triste, les enfants prodige reviennent toujours !
    Bisous
    Blanche

  19. Bonjour Alain quel talent, partir d’une simple photo, je suis admirative. Un beau texte, bien écrit. Je pense qu’il ne faut pas avoir de doute, les deux garnements vont revenir et comme dans la Bible vous « tuerez le veau gras », heureux de les voir revenir vers vous. Ecrire est un très beau métier, pour moi c’est un art quand les mots s’emboîtent si bien pour transcrire les idées. Continuez à écrire, c’est tellement plaisant de vous lire. J’en rage toujours de ne plus recevoir les mails qui indiquent un nouvel article. Je vous souhaite un agréable après-midi. Bien amicalement MTH

  20. Blanche dit :

    Bonjour Alain,
    Je reviens aujourd’hui pour te dire qu’il manque un U et un S à mon commentaire d’hier mais que je n’ai pas eu le temps de te le dire; ce n’est pas important, ce que je veux surtout te dire , c’est qu’en ces temps où il se passe tant d’horribles évènements, le texte que je préfère dans tes nouvelles fables est « le marchand de canons et le poète « ; en le lisant, je me dis que si tous les poètes du monde se donnaient la main, ceux dont les mots sont sereins et plein d’amour et d’espérance, ils formeraient une ronde magique qui transformerait en étoiles de douceur toutes les armes bourrées de haine.
    Que ta journée soit belle
    Bisous printaniers
    Blanche

  21. dany dit :

    Coucou . .c’est moi
    Un petit clic sur mon écran d’ordinateur,
    Et je me retrouve ici avec toi,
    La distance n’existe pas, et qu’importe le jour et l’heure,
    Si tu n’y es pas, il y a quand même un petit mot pour toi
    donc je te souhaite une magnifique journée
    remplie de douceur et de tendresse
    Gros bisous Bonne Semaine
    “La calomnie est comme la guêpe qui vous importune, et contre laquelle il ne faut faire aucun mouvement, à moins qu’on ne soit sûr de la tuer, sans quoi elle revient à la charge, plus furieuse que jamais.”

  22. Océanique dit :

    Bonjour Alain
    Merci de m’avoir accompagnée sur mes photos en promenade vivifiante
    Belle journée lumineuse mais encore frisquette le matin
    Bises amicales

  23. Loneci dit :

    Bonjour Alain ami de France ..
    Depuis quelques semaines , je suis les news sur la France et les prochaines élections .. Ça approche .. Les Français vont ils faire mieux que les citoyens chez nous ..That is the question ? Ne perdons pas la clef de nos blogs et la douce amitié qui nous unit .. Bonne fin de semaine ami lointain ..
    Prenez soin de vous tous ..
    Bisous …

  24. Océanique dit :

    Bonjour Alain
    Bon dimanche de Pâques
    Bises amicales

  25. dany dit :

    Voila une bonne idée que de jouer ainsi avec les personnages , ah les mots que tu alignes pour en faire cette jolie poésie ! que ferait -on sans les mots si riches de sens , bonne journée Alain toujours un plaisir de te retrouver et de partager un moment avec ta plume bises

Répondre à gazou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.