Bien avant l’internet

Je soulève le voile

Et vous le dis tout net :

J’ai inventé la toile

Bien avant l’internet !

*

Admirez ma parure :

Un habit de gala, 

Et puis l’architecture

Du réseau que voilà !

*

J’y croque en souveraine

Qui s’y vient fourvoyer.

Ne suis-je, en mon domaine,

Pas la seule à régner ?

AG

 

Publié dans Humour | 24 commentaires

Scène de ménage (A & A et Cie n°80)

photo YG

̶ Chantecler mon ami, n’y voyez pas malice !

Certes j’eus autrefois pour cet individu…

̶ Ce coq nain, ce minus! Quoi ? Cet être duplice ?

̶ Oui, j’eus quelques bontés. Voilà, n’en parlons plus !

̶ Ne le revîtes-vous pas à la nuit tombée ?

Hier, n’étiez-vous pas à la mare aux canards

Avec lui ? Vous riiez à gorge déployée !

Je sais qu’on vous a vus.

̶ Et qui nous vit ?

̶ Renard.

̶ Vous le crûtes ? Ma foi, je vous savais candide,

Mais pas au point de vouloir battre des records !

N’en parlez à personne, on vous dirait stupide !

Renard se rit de vous. Reconnaissez vos torts !

̶ Renard est mon ami !

̶ Ne tombez sous sa patte !

̶ Avec lui j’ai conclu un pacte fraternel.

̶ Avez-vous oublié que vous lui échappâtes

En décembre dernier au dîner de Noël ?

̶ C’était un quiproquo, j’avais mis un costume,

Un gibus, et il ne m’avait pas reconnu.

̶ N’empêche que vous y laissâtes quelques plumes !

̶ Il m’a dit qu’il en était honteux et confus.

̶ Le voici justement vers nous deux qui s’avance.

Je m’envole, restez si le cœur vous en dit !

̶ Sur le toit je vais me poster en surveillance.

̶ De ma part, veuillez saluer votre ami !

̶ Mais ce maudit coq nain, l’aimâtes-vous, Copette ?

Répondez franchement, allons parlez sans fard !

̶ Je ne vous dirai rien. Menez donc une enquête,

Ou mieux encor’ : allez demander à Renard !

La querelle se poursuivit jusqu’à l’aurore.

Tybert le chat m’a dit qu’elle durait encore !

Quant à moi, je me garde bien de m’en mêler,

Ne sachant dans quel camp niche la vérité.

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 17 commentaires

Il est au fond de nous…

Il est au fond de nous quelque chose qui sait

Le comment, le pourquoi, secrets de toutes choses,

Ce trésor oublié endormi sous le faix

Du quotidien labeur, des larmes et des roses.

*

Il est au fond de nous quelque chose qui sait,

Une source d’eau claire à deux pas sous le voile,

Cette autre part de nous, présente et qui se tait,

Où viennent quelquefois se mirer les étoiles.

AG

Publié dans Poèmes | 13 commentaires

Un portail à bon compte (A&A et Cie n°79)

La fourmi, économe au dire de la fable,

Voulant clore son bien, et surtout de sa table

Éloigner quémandeurs et autres importuns,

Chercha des artisans, mais n’en trouva aucun

Acceptant de lui faire un portail à bon compte.

Elle alla consulter, elle avait un peu honte,

La cigale qui habitait non loin de là.

.

En arrivant, surprise, elle fit : « Oh là là !« 

La chanteuse connue pour être excentrique

Avait fait installer un portail électrique !

.

« Elle a dû s’endetter, se dit notre fourmi,

Et va bientôt venir frapper à mon logis !« 

.

Revenant sur ses pas, elle courut bien vite

Jusqu’à son atelier. Vous devinez la suite ?

On dit ce que l’on veut,

Chacun fait comme il peut.

AG

photo Petitalan

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 18 commentaires

Telle est la question (A&A et Cie n° 78)

photo YG

-Viens voir ! Dépêche-toi ! dit l’agame barbu

A son frère endormi allongé sur sa branche.

Regarde celui-là, nous l’avons déjà vu.

C’était jeudi dernier ou plutôt non, dimanche !

                    Viens voir !

                     -Mais tais-toi donc ! Les humains qui défilent

Derrière ce carreau me rendent trop nerveux.

Ces êtres indiscrets plantés là, immobiles,

Nous envoient des éclairs qui me font mal aux yeux.

             -Mais ils nous trouvent beaux !

                                       -Ce que tu es crédule !

Dis-toi bien que si on les a tous enfermés,

C’est qu’ils sont dangereux, pires que tarentules !

Sans la vitre, ils pourraient j’en suis sûr nous tuer !

*

Qui est en prison ?

Telle est la question.

AG

Je vous invite à lire, inspirée par la même image,

la fable d’Alain Ménez à la date de parution sur le blog : 

Le blog de Petitalan

et celle d’Océanique sur le blog :

Océanique

Publié dans A & A et Cie | 24 commentaires